Posts Tagged DEVELOPPEMENT PERSONNEL

Our deepest fear…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com“As I interpret the Course, ‘our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our light, not our darkness that most frightens us.’ We ask ourselves, Who am I to be brilliant, gorgeous, talented, and fabulous? Actually, who are you not to be? You are a child of God. Your playing small does not serve the world. There is nothing enlightened about shrinking so that other people will not feel insecure around you. We are all meant to shine, as children do. We were born to make manifest the glory of God that is within us. It’s not just in some of us; it’s in everyone. And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same. As we’re liberated from our own fear, our presence automatically liberates others.”

Marianne Williamson, A Return to Love: Reflections
on the Principles of “A Course in Miracles”
(1992)

Posted in: Citations (EN), Coaching de vie (EN), Développement personnel (EN)

Leave a Comment (0) →

Françoise Dolto – Destins croisés du bon élève et de “l’affreux jojo”

Video (FR, 2 min)

Françoise Dolto – Destins croisés du bon élève et de “l’affreux jojo”

Extrait d’une série de conférences donnée en septembre 1983 par Françoise Dolto (1908-1988) à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal (Québec)

Archives reprises dans le film “Françoise Dolto parle de l’éducation”, réalisé par Arnaud de Mezamat (2008)

Source : www.youtube.com/watch?v=rgbewZZGm3s

Heart design - Photo © Unknown / RGBStock.com Liens utiles :
Archives Françoise Doltowww.dolto.fr
Françoise Dolto parle… De la psychanalyse, de l’origine, de l’éducation (Coffret 2 DVD)www.amazon.fr

Posted in: Développement personnel (FR), Education (FR), Enfance (FR), Psychanalyse (FR)

Leave a Comment (0) →

Il suffisait de pousser la porte…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com« J’intitule cette confession : le retour du bonheur. J’entends par-là le retour à l’enfance. Cela n’est pas seulement que j’ai revécu mon enfance sur le divan, c’est que je l’ai libérée et maintenant elle est avec moi tout le temps. Quand je suis dans le jardin, je retrouve les plantes, les arbres, les fleurs de mon enfance et je n’hésite pas à leur parler. Avec les animaux aussi, j’ai cette intimité qu’ont d’emblée les enfants.

Enfin cela m’a rapprochée des gens. C’est toujours difficile, si délicat, si fragile, l’approche d’autrui, froissé pour un rien ! Toutefois, dès que je suis en face de quelqu’un, quels que soient son âge ou sa fonction, c’est à l’enfant en lui que je m’adresse avec confiance et je sais qu’il va me répondre. Il est parfois un peu surpris, puis cela se dénoue !

[...]

Toute différence de milieu, d’éducation, abolie, ils me confient sur-le-champ le meilleur d’eux-mêmes. Leurs craintes, aussi. C’est que nous nous retrouvons liés par nos enfances respectives, l’enfant en nous peut à nouveau donner libre cours à son émerveillement, sa joie d’exister, son envie d’aimer tout le monde. Et son besoin d’être rassuré par son prochain.

A ce moment-là, tout s’allège, des deux côtés.

C’est en cela que peut consister le bonheur et il nous attend derrière l’une des portes de notre être. Pendant des années, j’ai fait toujours le même rêve, que je confiais à l’analyste sans arriver à l’interpréter : soudain, dans mon appartement ou une maison, je poussais une porte qui m’était familière pour m’apercevoir qu’elle ouvrait sur un jardin, qui s’étendait à l’infini ! Alors je me disais : « Mais je l’avais toujours su que ce jardin était là ! » Sous-entendu : pourquoi ai-je attendu si longtemps pour y pénétrer ? Pour devenir qui je suis ?

L’analyse travaille à sa façon sur les portes et serrures, on essaie l’une après l’autre toutes les clés de l’énorme trousseau, semblable à celui des geôliers, qui s’alourdit d’année en année à notre ceinture (les clés des « non-dits »), pour s’apercevoir qu’on se donne un mal bien inutile, il suffisait de pousser la porte, elle était ouverte…

On n’y avait pas pensé, ou alors on avait peur ! J’ai eu si peur ! De quoi ? Je crois que c’était de rien.

Du bonheur, peut-être. »

Madeleine Chapsal, Le retour du bonheur (1990)

 

Posted in: Citations (FR), Développement personnel (FR), Enfance (FR), Littérature (FR), Psychanalyse (FR)

Leave a Comment (0) →

You must learn one thing…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com

“When your eyes are tired
the world is tired also.

When your vision has gone
no part of the world can find you.

Time to go into the dark
where the night has eyes 
to recognize its own.

There you can be sure
you are not beyond love.

The dark will be your womb
tonight.

The night will give you a horizon
further than you can see.

You must learn one thing: 
the world was made to be free in.

Give up all the other worlds
except the one to which you belong.

Sometimes it takes darkness and the sweet
confinement of your aloneness
to learn

anything or anyone
that does not bring you alive

is too small for you.”


David Whyte, Sweet Darkness, in: The House of Belonging (1996) 
 

Posted in: Citations (EN), Coaching de vie (EN), Développement personnel (EN), Poésie (EN)

Leave a Comment (0) →

Zen does not confuse spirituality with thinking about God…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com


“Zen does not confuse spirituality with thinking about God while one is peeling potatoes. Zen spirituality is just to peel the potatoes.”

Alan Watts

Posted in: Citations (EN), Développement personnel (EN), Spiritualités (EN)

Leave a Comment (0) →

If you surrendered to the air…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com
“If you surrendered to the air, you could ride it.”

Toni Morrison, Song of Solomon (1977)

 

Posted in: Citations (EN), Littérature (EN), Spiritualités (EN)

Leave a Comment (0) →

Alan Watts – Living in the present (boat analogy)

Video (EN, 6 min)

Alan Watts – Living in the present (boat analogy)

“A clip of Alan Watts from Time & The More It Changes.

Alan Watts begins by using a boat analogy and proceeds to explain how we should not define ourselves by our past but by the present.”

Recorded on Alan Watt’s houseboat in Sausalito, California, in 1972.

Source: www.youtube.com/watch?v=G4j6cUwCRmI

Posted in: Coaching de vie (EN), Développement personnel (EN), Spiritualités (EN)

Leave a Comment (0) →

La source désapprouve presque toujours…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com
« La source désapprouve presque toujours l’itinéraire du fleuve. »

Jean Cocteau, Le Coq et l’Arlequin (1918)

 

Posted in: Citations (FR)

Leave a Comment (0) →

Joseph Campbell – On Becoming an Adult

Video (EN, 6 min)

Joseph Campbell – On Becoming an Adult

“Myth lets you know where you are across the ages of life – at 40 or at 80…

This video is a brief excerpt from interviews filmed with Joseph Campbell shortly before his death in 1987, previously unreleased by the Joseph Campbell Foundation – www.jcf.org

Source: www.youtube.com/watch?v=aGx4IlppSgU

Posted in: Développement personnel (FR), Education (EN), Spiritualités (EN)

Leave a Comment (0) →

Ce n’est pas en tuant ses parents que l’on devient adulte…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com« Contrairement à une opinion très répandue, ce n’est pas en tuant ses parents que l’on devient adulte, mais en tuant l’enfant de ses parents, une cible beaucoup plus difficile. »

Benoîte Groult

Posted in: Citations (FR), Développement personnel (FR), Enfance (FR), Littérature (FR)

Leave a Comment (0) →

La poussée de fiers arbustes…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com« Quoi de plus agréable pour les aînés que la poussée de fiers arbustes qui leur feront sur leur vieux jours un peu d’ombre ? La jeunesse est tout ce que nous fûmes, qu’elle nous affectionne ou qu’elle nous déteste. C’est bien cela, la grande randonnée ! »

René Char, Correspondance avec Jean Ballard, 1935-1970

Posted in: Citations (FR), Littérature (FR)

Leave a Comment (0) →

J’ai décidé d’être heureux…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com
« J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. »

François-Marie Arouet, dit Voltaire
   

Posted in: Citations (FR), Développement personnel (FR)

Leave a Comment (0) →

Ce n’est pas tellement de liberté qu’on a besoin…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com
« Ce n’est pas tellement de liberté qu’on a besoin, mais de n’être enchaîné que par ce qu’on aime. »

Pierre Reverdy, Le livre de mon bord [1930-1936]

Posted in: Citations (FR), Développement personnel (FR), Littérature (FR), Poésie (FR)

Leave a Comment (0) →

Adyashanti – Welcome To Reality (2005) (excerpt)

Video (EN, 9 min)

Adyashanti – Welcome To Reality (2005) (excerpt)

“There is only one true inevitability, it’s: you can’t avoid your true nature forever. It’s not possible. [...] You can’t avoid yourself indefinitely. You can do it for a damn long time — but you can’t do it indefinitely.” (Adyashanti @1:30)

Recorded on August 20, 2005 in Santa Cruz, CA.

Source: www.youtube.com/watch?v=lFX9_HboI4c

Heart design - Photo © Unknown / RGBStock.com
Liens utiles (en anglais) :

Adyashanti / Official website - www.adyashanti.org
Adyashanti / Sounds True
- www.soundstrue.com/shop/authors/Adyashanti

 

Posted in: Développement personnel (EN), Spiritualités (EN)

Leave a Comment (0) →

Il est écrit ou dit quelque part…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com« Il est écrit ou dit quelque part, je ne me rappelle plus où, que si tu gagnes la terre entière mais pour te perdre toi-même, ton gain n’est qu’une couronne autour d’un front fêlé. »

Henrik Ibsen, Peer Gynt (1867)

Posted in: Citations (FR), Littérature (FR)

Leave a Comment (0) →

La vie est courte…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com
« La vie est courte mais très large. »

Jim Harrison, La route du retour (1998)

Posted in: Citations (FR), Littérature (FR)

Leave a Comment (0) →

Nous étions une victoire qui ne prendrait jamais fin…

Open Book On Wood Background - Photo © Robert Marfin / Photos.com« Nous regardions couler devant nous l’eau grandissante. Elle effaçait d’un coup la montagne, se chassant de ses flancs maternels. Ce n’était pas un torrent qui s’offrait à son destin mais une bête ineffable dont nous devenions la parole et la substance. Elle nous tenait amoureux sur l’arc tout-puissant de son imagination. [...]. Adoptés par l’ouvert, poncés jusqu’à l’invisible, nous étions une victoire qui ne prendrait jamais fin. »

René Char, La fontaine narrative (1947) in : Fureur et mystère (1948)

Posted in: Développement personnel (FR), Poésie (FR)

Leave a Comment (0) →
Page 1 of 2 12